Archives de catégorie : Horticulture

BIO3G : Un ancrage local pour une expansion nationale et internationale…

Après une année 2016/17, marquée par un aménagement paysager extérieur réussi de l’entreprise merdrignacienne BIO3G l’Agronome, il était particulièrement intéressant pour l’établissement de reprendre contact avec cette société innovante située à notre porte…

Les étudiant(e)s de BTS TC 1 et 2 (JVO) accompagnés de M.M Bertrand et Allard et Mme Daché ont décidé de mieux connaître cette société en se remémorant sa genèse et son évolution. Présenté par un cadre de l’entreprise, les étudiants ont eu droit à une présentation évolution complète marquée par un très fort enracinement local de la part de l’entreprise dirigée par Marc Guillermou. Très attachée à Merdrignac et au Mené, l’entreprise qui vient de fêter ses 20 ans d’existence (en 2017) s’est spécialisée dans un secteur en plein essor : les amendements et les bio-stimulants d’origine organiques. Tous ses produits sont fabriqués autours de solutions propriétaires brevetées :

– Notons ainsi les activateurs de sols, les stimulateurs de croissance à base d’algues, l’ALTERNAZOTE® (un optimiseur d’azote), les stimulants nutritionnels, enfin les valorisateurs des déjections animales.

Les ventes concernent le monde agricole à 90 % et 10 % les Espaces Verts (Communes, parcs, châteaux, golfs…).

Mais en 2017, BIO3G, l’Agronome a décidé d’investir le secteur du Grand Public avec 4GNature et sa gamme Flora Sphère grâce à une Force de Vente à Domicile aujourd’hui composée de 30 distributeurs indépendants : terreau boosté, traitement à base de savon noir ou désherbant,…

Aujourd’hui, BIO3G, l’Agronome, c’est un développement au service du client, de ses particularismes et besoins grâce à de nombreux prix et distinctions, une collaboration étroite avec l’INRA, le CNRS, l’Université de Rennes et le Groupe St Exupery. C’est aussi un développement à l’export (15% du C.A.) en Suisse (depuis 2005, avec 10 % du C.A et 25 collaborateurs), en Belgique (2013), en Italie et en Espagne,…C’est 350 collaborateurs dont 245 Technico-commerciaux et personnels d’encadrement commercial, une quarantaine de télévendeurs basés au siège social de Merdrignac (10 % du C.A.), 35 000 clients, la participation à 85 salons tant nationaux que régionaux.Aménagements extérieurs réalisés par des apprentis et élèves du Lycée-CFA du Mené

Bref, c’est une société dynamique, y compris en matière de management humain que le centre Bretagne a la chance d’abriter, avec un laboratoire de recherche composé d’ingénieurs de haut niveau à la pointe de l’innovation scientifique…

Aussi, nous ne pouvons que souhaiter le développement futur d’échanges avec nos étudiants et élèves (participation à des événements, à des simulations d’embauches, des stages,… ?)

Emmanuel Maguet

Des plantes aux murs…

Le jeudi 25 janvier, les étudiants de BTS 2 TC (option JVO) accompagnés d’Emmanuel Maguet, avaient rendez-vous sur Rennes avec M. Yannick Sauvée, responsable de la société JARDIN UNIQUE. En effet, dans le cadre du M57, les étudiants avaient l’occasion d’appréhender physiquement et visuellement différents types de murs végétalisés récemment réalisés au centre commercial de Grand Quartier (Géant) de Saint Grégoire. Cette visite commentée par le créateur lui-même, leur a permis de comprendre le principe et la difficulté de faire pousser des végétaux verticalement.

Reposant sur le système du module cage en acier galvanisé (60 x 30 x 10), rempli de sphaigne de Madagascar, puis planté de végétaux suffisamment rustiques pour supporter les nombreuses contraintes physiques (plantation verticale, exposition, gel, vent, soleil, vandalisme), les murs végétalisés s’adaptent à toutes les situations pourvu que le choix des plants soit judicieux et l’approvisionnement en eau, engrais, lumière soit régulier et continuel. Le suivi d’entretien (1 à 2 passages tous les 15 jours) est lui aussi obligatoire, afin d’avoir une paroi toujours impeccable.

Les insectes ravageurs sont nombreux (cochenilles, pucerons et thrips) et méritent une attention toute particulière. Après de multiples essais entre autre avec la PBI (protection Biologique Intégrée) fort coûteuse et peu adaptée, la pulvérisation de savon noir ou les traitements à base d’huiles essentielles semblent des solutions satisfaisantes pour contenir les différents problèmes. Il semble que les auxiliaires tels que les oiseaux soient présents sur les murs extérieurs (présence de nids), mais pas en assez grand nombre pour jouer un rôle déterminant.

Bref, un concept rodé depuis 10 ans maintenant, moins complexe et onéreux que le principe hydroponique d’hortinappe de Patrick Blanc, et qui tend à se développer hors Bretagne (Paris, Lyon et la façade atlantique). Gageons que les étudiants soient les futurs promoteurs de ces pièges à particules et autres polluants atmosphériques.